mercredi 15 mars 2017

En Bolivie...


A la douane bolivienne, il faut attendre à nouveau...





Puis nous longeons le lac Titicaca si grand qu'on dirait la mer à 3812 mètres d'altitude!



C'est la saison des pluies et les pistes que Jean-Marc a prévu d'emprunter sont boueuses et difficilement praticables ; nous devons renoncer et suivre des routes goudronnées (elles-mêmes souvent inondées) jusqu'à Potosi à plus de 4000 mètres d'altitude. Nous sommes désormais habitués à l'altitude.












Potosi montre un double visage : son centre historique renferme des ruelles pavées, des églises coloniales, des maisons colorées ; sa mine qui enrichit en son temps l'Espagne, est toujours en activité ; on y trime, on y meurt et on y fait du tourisme.










Puis nous rejoignons Sucre, capitale constitutionnelle de la Bolivie où se côtoient les « chollas » en tenue traditionnelle et les « chicas » à la mode européenne. Nous passons quatre jours reposants au petit camping du très accueillant Alberto Teran Soliz, professeur à l'université, spécialiste des moteurs électriques.





Nous visitons la ville, tout d'abord en compagnie de Carole, François et leurs adorables Manao, Sabah et Naoki qui parcourent l'Amérique du Sud en camping-car, que nous avions croisés à Iquique au Chili et retrouvons par hasard avec bonheur, puis avec Christine et Jacques qui s'installent à nos côtés. C'est une très belle ville coloniale reposante mais c'est aussi une cité étudiante dynamique. Référence pour l'enseignement du droit, elle abrite le siège de la Cour Suprême Nationale et les cabinets de notaires et d'avocats pullulent.





















Puis nous croisons de jolis paysages jusqu'au Parc National Sajama. Le temps est changeant. Soleil, pluie et grêle se succèdent.








Datant de 1945, Sajama est le premier parc national crée en Bolivie. Il s'étend autour du volcan du même nom, le plus haut sommet du pays (6540 mètres d'altitude). Dans le village du même nom, nous fêtons nos 26 ans de mariage !













La communauté Aymara de Tomarapi accueille les voyageurs au sein de son joli village. Le produit de l'auberge profite à toute la communauté, les familles se relaient pour l'intendance.






Nous nous dirigeons vers le sud à travers les champs de Quinoa.



Et nous arrivons au salar d'Uyuni ! Merveille des merveilles !
En saison des pluies, quand une fine couche d'eau couvre le sel, les nuages et les montagnes alentours se reflètent sur le salar. C'est l'effet miroir.
Il y a deux ans nous avions traversé ce désert de sel de 12.500 kilomètres carrés (soit l'équivalent de deux départements français), le plus grand du monde. Cette année, la saison des pluies est plus vigoureuse, et il n'est pas possible de le traverser entièrement. Nous décidons de camper à l'une de ses entrées et sommes bientôt rejoints par une très sympathique famille française, Kristell, Olivier et leurs deux filles Elisa et Salomé. Ils sont passionnés par leur voyage et ravis des pistes qu'ils ont empruntées. Leur cellule, plus grande que la nôtre, est très bien conçue. Alors qu'ils s'apprêtent à se coucher et qu'ils n'ont pas encore éteint, ils entendent frapper à leur porte. Cinq policiers, transis de froid, demandent asile en attendant d'être secourus. Leur 4x4 s'est enlisé dans le salar à plus d'un kilomètre de l'entrée qu'ils ont rejointe à pied dans l'eau.
Le lendemain matin, nous partageons tranquillement le petit-déjeuner quand une trentaine de touristes boliviens vient admirer le salar... mais s'intéresse aussi beaucoup aux français !












Sur la piste caillouteuse mais magnifique de Tupiza, nous crevons. Nous croisons ensuite Adam et Eva (si!). Lui est néo-zélandais, il est parti d'Alaska il a deux ans et demi ; elle est australienne et vient de le rejoindre. Quel courage !







Nous passons la frontière bolivienne (très lentement) pour rejoindre le Chili en empruntant une partie de la route 40 argentine. Fantastique route 40  qui traverse le lit de la rivière de Paicone. Malheureusement, les photographies ne sont pas à la hauteur des originaux...












Sur la route qui mène au village de Paicone, nous secourons Ana et Benjamin dont la moto est en panne. Ana nous explique que le « collectivo » n'a pas pu passer le canyon. Elle est institutrice et s'occupe actuellement de neuf enfants. A l'école, on nous offre le repas. Nous discutons un long moment avec les collègues très intéressés par notre voyage et par la vie en France. Nous apprenons beaucoup aussi.



Nous reprenons la « ruta quaranta »...













  



Jusqu'à San Pedro de Atacama où nous retrouvons avec plaisir le camping Campestre rue Caracoles, au pied du volcan Licancabur haut de 5920 mètres.


Ah ! les voyages
Aux rivages lointains
Aux rêves incertains
Que c'est beau les voyages
Qui effacent au loin
Nos larmes et nos chagrins
Mon Dieu !
Ah ! Les voyages
Comme vous fûtes sages
De nous donner ces images
Car les voyages
c'est la vie que l'on fait
Le destin qu'on refait
Que c'est beau les voyages
Et le monde nouveau
Qui s'ouvre à nos cerveaux
Nous fait voir autrement
Et nous chante comment
La vie vaut bien le coup
Malgré tout
Ah ! Jeunes gens
Sachez profiter de vos vingt ans
Le monde est là
Ne craignez rien
Il n'est pas méchant
Il vous guidera
Ah ! Les voyages
Qui mûrissent nos cœurs
Qui nous ouvrent au bonheur
Mais que c'est beau les voyages
Et lorsque l'on retourne chez soi
Rien n'est comme autrefois
Car nos yeux ont changé
Et nous sommes étonnés
de voir comme nos soucis
Etaient simples et petits
Car les voyages
Tournent une page
Ah ! Les voyages
- Barbara -


4 commentaires:

  1. Que je vous envie !!! Pleins de bisous à vous deux !

    RépondreSupprimer
  2. Salut, que de beaux paysages et de beaux souvenirs. Je reconnais la route menant au volcan Sajama que nous avions dû faire à la bourre en 2015 sans pouvoir en profiter Vous êtes sûrement retournés à l'Eco-Lodge de Tomarapi. Y avez-vous retrouvé la petite Ana ?
    Et le Sud-Lipez toujours aussi somptueux ! Quel plaisir de savourer tout celà sans aucune pression.Bonne continuation
    Eric et Florence

    RépondreSupprimer
  3. Hello les baroudeurs
    apparemment vous en prenez plein les yeux, MAGNIFIQUE !!!!!!!
    les photos font rêver !
    Avez-vous essayé le tango argentin , pour vos 26 ans de mariage ?
    Bonne route a vous 2
    A bientôt
    Christophe «  le dénicheur de bouddha « 

    RépondreSupprimer